14

Google Pingouin : Opportunité ou risque pour les professionnels du SEO ?

Super Google Pingouin

Je n’avais pas écris d’article depuis un moment, et je profite de la sortie de Pingouin 3, la nouvelle modification de l’algorithme de Google, pour vous donner mon ressenti par rapport aux opportunités et aux menaces que cela représente pour mes amis les professionnels du SEO. Plusieurs points de vue s’affrontent sur ce sujet (et je serai ravi d’avoir le vôtre en commentaire).

+ de pénalités = + de missions SEO

Pour certains prestataires SEO, notamment les agences, c’est une véritable opportunité. Ces derniers mois, on a vu leur discours commercial s’adapter. Le discours « Soyez premier sur Google » est toujours présent bien sûr, mais il s’agrémente d’une partie dédiée à ceux, nombreux, touchés par les différentes pénalités mises en place par Google « Sortez de Google Pingouin », « En finir avec les pénalités Google », et tutti quanti… en proposant désavoeux de liens et contact de webmasters pour faire retirer des anciens partenariats.

Les SEO achètent même de l'AdWords pour promouvoir leurs services de sortie de pénalité !

Les SEO achètent même de l’AdWords pour promouvoir leurs services de sortie de pénalité !

Parallèlement, plein de sites web sont apparus spécialisés dans l’abolition des pénalités Google. Ce sont donc des nouvelles activités qui sont apparues, de nouvelles entreprises se positionnant sur un secteur de plus en plus porteur. Le discours est différent, il n’est plus de rendre le positionnement meilleur en optimisant, mais de retrouver un niveau semblable à celui d’avant la pénalité (avant ensuite d’espérer l’améliorer).

Exemple de site proposant la sortie de pénalité pingouin.

Exemple de site proposant la sortie de pénalité pingouin.

Je mets un bémol la dessus, il n’y a selon moi pas de façon automatique et assurée de sortir d’une pénalité. Et il faut souvent de nombreux mois pour en sortir et espérer retrouver des positions perdues… Ces « spécialistes » des pénalités Google n’ont pas de formule magique pour vous sortir du pétrin.

Ça, c’est la façon de voir le verre à moitié plein. Hélas, il est selon moi plus vide que rempli, du moins dans ma façon de voir les choses.

Moins d’intérêt… et moins de clients ?

Le verre est-il à moitié plein ou à motié vide pour vous ?

Tout d’abord, car pour de nombreux prestataires, et notamment les freelances passionnés par leur métier, il est beaucoup moins intéressant (intellectuellement parlant) de sortir d’une pénalité, plutôt que tout faire pour gagner des positions sur des concurrents féroces. Rattraper une régression est bien moins valorisant que gagner des parts de marché. Pour le client d’ailleurs, ça ne sera que justice dans son esprit, s’estimant souvent floué (à tort) par une précédente prestation SEO qui l’a mené dans la gueule d’un Pingouin.

Mais plus que ça, ce qu’il faut vous rendre compte, c’est qu’avec ses changements réguliers de règles du jeu, Google arrive tout bonnement à ses fins en dégoutant les annonceurs du SEO, préférant investir dans les canaux de communication payants (AdWords en tête) pour s’assurer de leur visibilité. Et ce n’est pas un phénomène marginal… J’ai eu l’occasion de parler avec de nombreux e-commerçants et annonceurs qui ont tout bonnement abandonné tout investissement en SEO. Car selon eux, l’investissement en argent (mais également en temps de développement) n’est pas rentabilisé par les résultats, hypothétiques, longs à obtenir, et désormais de plus en plus risqués avec les changements de règles permanents. En effet, qui ne vous dit pas que ce que les recommandations SEO de 2014 pour améliorer votre positionnement (et qui fonctionnent actuellement) ne seront pas la raison d’une pénalité en 2015 ?

Google, toujours vainqueur

Entendre ces nombreux annonceurs avoir cette position aussi tranchée sur le sujet me dit que Google a réussi son coup… Il ne découragera pas les SEO de trifouiller son algorithme à la recherche des failles, il a pgoogle-panda-pinguoin-colibriréféré s’attaquer à la source en déstabilisant les clients des prestataires SEO. Alors bien sûr, il y aura toujours des opportunités à saisir en référencement naturel. Non, le SEO n’est pas MORT ! Et d’ailleurs, cet abandon de certains acteurs devrait mécaniquement aider ceux qui continuent le combat.

Et vous, que vous soyez SEO en freelance, en agence, ou annonceur, qu’en pensez-vous ? Opportunité ou menace ? Les commentaires sont à vous !

Florian Marlin

Directeur Marketing/E-commerce, Spécialiste SEA, SEOphile, Enseignant Web Marketing, Auteur du Guide des Liens Sponsorisés (éditions Eyrolles). Suivez-moi aussi sur Google+.

14 Comments

  1. Salut,
    Merci pour ton article pertinent.
    Sincèrement Penguin a été une menace la première fois, éventuellement la seconde fois, pour ceux qui n’avait pas encore enregistré les facteurs à risques. Mais maintenant cela devient marginal ou ça touche de vieux sites sur lesquels aucun effort de nettoyage du profil de liens n’a été fait ou encore les vrais spammeurs qui sont bien obligés d’utiliser les leviers de ranking rapide pour se positionner.
    Après le nettoyage est en effet un commerce juteux, qui donne quand même une certaine satisfaction au client…. Mais qu’est ce que c’est redondant…. Cependant Google semble faire preuve de beaucoup de souplesse avec cette dernière mise à jour, pour les gens qui ont nettoyés, désavoués, en gros qui ont compris la leçon….

  2. Hello Flo.

    De mon point de vue, c’est une bonne chose que la politique anti spam de Google se durcisse car cela décourage les clients à confier une mission SEO qui ne vise QUE la rentabilité à court terme.

    Pour moi, le SEO ou plutôt le SEM ne se cantonne pas uniquement à faire évoluer les stats d’un site par exemple ; cela concerne également l’image de marque de la société.

    Ainsi, j’ose espérer que cela va encourager les clients à déployer des stratégies webmarketing avant le simple désir de ROI car sinon effectivement, AdWords est là pour ça.

    Enfin me concernant, je n’ai pas noté de « chute » dans la demande de prestations mais je ne pense pas avoir un volume suffisant pour que mon cas soit pertinent en fait !
    Eh oui, c’est ça d’être développeur web et SEO, pas besoin de se focaliser sur un seul pôle de compétence. :-)

  3. Un peu des deux en fait.
    Mais pour être honnête, Manchot aka Penguin n’est pas à l’origine de l’abandon du SEO par certains annonceurs et tu le sais très bien. ;)
    La méconnaissance, le manque de sérieux et parfois les mauvais SEO sont à l’origine de ça.

  4. Salut Florian,
    C’est clair que je ris beaucoup en observant les stratégies commerciales déployées par certaines agences SEO… Quand j’analyse leur site je vois des courbes bien descendantes sur leur profil, et pourtant elles ne cessent de clamer leur « expertise » et, de façon très opportuniste comme tu le décris, sortent de « nouveaux produits » censés auditer et rebondir… Tant qu’elles prendront les e-commerçants pour des vaches à lait ça marchera. Mais on sait très bien que tout ça c’est du business, et pour la plupart, de la poudre de perlinpinpin ^^

  5. Florian, tu as bien entendu une vision en adéquation avec la réalité. Aujourd’hui faire un SEO pour un client, c’est un travail qui peut être à court mais aussi moyen / long terme, selon la typologie du site, parce que nous mettons en place des solutions de moins en moins risqués (ration court terme / risque). Ce n’est plus de la magie ! Du coup, certains e-commerçants (et autres) pressés se laissent tenter par d’autres possibilités. Le monde va très vite et ils tentent de monter sur le train en marche, au lieu d’attendre l’arrivée en gare du train suivant. Une erreur ? En partie.

    Le métiers de SEO évolue : alors que j’aurais pu penser il y a quelques années qu’on allait sur une hyper-spécialisation complète et totale de chaque profil, je pense aujourd’hui que la réussite d’un référencement et d’une agence c’est d’avoir une approche plus globale, de travailler le SEO au travers d’une communication générale et complexe qui implique le client. Ca évoluera encore dans quelques années.

  6. Salut Florian,
    Un article intéressant. Ta reflexion souleve un point qui m’exaspere : les agences ou indépendants non spécialistes qui prétendent faire du seo, il y en a malheureusement bcp trop. J’en croise TROP régulierement et ça me dépite au plus haut point… On a tellement fait passer le message « regardez le seo c’est facile en fait, il suffit de faire ceci et cela, et vous aurez optimisé votre seo »
    que du coup une personne/agence lambda qui fait a l’origine du site web vend aussi du seo.et fait les choses a moitié (donc pas de resultats) ou carrément des modifications néfastes pour le site. Pour moi, ces entités sont à mettre dans le meme sac que les agences dont tu parles, qui pretendent vendre de la sortie de pénalité..
    Y VA FALLOIR PASSER TOUT CA AU KARCHER :)

  7. Bon alors je vais surtout répondre sur les profiteurs de pénalité pour en faire du marketing, je trouve purement et simplement qu’il s’agit ici d’arnaque.

    Si en pratique, sortir d’un pingouin est possible…(encore faut-il qu’il repasse assez régulièrement), cela laisse une trace comme après une bonne cuite dans les WC, tu me suis ?

    Indéniablement ces MAJs, qu’elles soient Panda pour des sites bas de gamme en moyen/long terme ou pingouin pour shooter des sites visant le court terme, c’est du bon sens et nous pouvons que les félicités de cela.

    D’une part, ça permet de redistribuer des cartes, ne laissant plus les mieux équipés en tools ou en argent pour monter et cela permet d’en connaître finalement toujours davantage sur l’algo. A chaque mise à jour importante de la sorte, c’est une mine d’informations sans avoir à les fouiller pendant 50 tests, ça facilite en réalité le travail de SEO.

    Je sais pas trop si ça répond à quoi que ce soit de l’article mais au moins, c’est dit :p

  8. Hello m’sieur,
    Contente de voir que tu es toujours vivant ^^ !
    Bon, pour répondre à ta question, je ne sais pas si on peut parler d’opportunité, en fait. Panda, Penguin et les autres devraient à mon sens faire partie des informations non négligeables pour ceux qui bossent dans le SEM (parce que je trouve pour ma part que c’est un tout).
    Après, se spécialiser là-dessus et faire une croix sur le reste ?
    C’est plutôt triste et réducteur : tu perds quasiment tout l’intérêt du métier, je trouve. Mais bon chacun son trip…

  9. « Moins d’intérêt… et moins de clients ? » je ne pense pas, je crois qu’en fait référenceur ne veux plus dire « référencer pour google », mais bel et bien « référencer pour réduire sa dépendance à google », l’enjeu du référenceur 3.0 est bel est bien la, comment trouver du trafic qualifié pour son client, avec ou sans Google ( bon les 2 c’est mieux bien entendu ).

  10. Maintenant que je suis chez l’annonceur ma foi les updates … c’est juste plus de boulot, ni une opportunité, ni un risque vraiment puisque je travaille un peu à la façon du dernier article de Rand Fishkin http://moz.com/rand/google-seo-dont-actually-change-much/ je vais vers une destination – je ne fais pas dans les modes, les trends et la nouveauté je bosse à l’ancienne, doucement… façon péniche – j’envoie du gros mais ça prend du temps.
    Si j’étais indépendant, les sauvetage de pingouin c’est vraiment parce qu’il faut bouffer que j’en prendrais parce qu’il n’y a pas plus relou à faire je pense, pire encore que les audits de mots clés … aller se palucher des listes de liens plus ou moins moisedave, chercher les footprints des mecs qui sont passés avant et qui jurent leurs grands dieux que NON ce n’est pas de leur fautes – tout ça pour qu’au final tu soumettes un fichier de désaveu … pffffffffff … c’est un travail de singe et je le laisse aux autres… c’est pas pour ça que je fais ce métier et le jour où je passerais plus de temps a nettoyer du lien qu’a faire autre chose je m’achète un Ranch, et je me reconvertis dans le tourisme.
    En ce qui concerne les fameux « sauveurs de Pingouin » Il faut aussi que les gens sachent que si c’est pingouin (ou panda) il faut attendre la prochaine itération de l’update pour sortir du trou – ca veut dire que certains ont attendu 1 an ou presque sur le dernier pingouin! 1 an! Bonjour le sauvetage!
    Quant a l’abandon du SEO / ou des investissements SEO par les annonceurs – je suis plutôt de l’avis d’Aurélien ce ne sont pas les updates qui en sont la cause… c’est la méconnaissance de notre métier et les « âneries » (et je suis poli) de certains d’entre nous qui créent cette situation…

  11. j’en connais plein ils ont ajouté dans le robots.txt disallow: / tellement le SEO n’est pas rentable :)

  12. Merci pour vos commentaires et votre vision :)

    @Pierre : On est d’accord, en fait cet article cible plus largement les différents types de modification et de pénalisation (Panda, Pingouin, etc…). D’apèrs mon estimation, nous devrions un nouvel animal bientôt ;)

    @Nicolas : Pour moi, difficile de parler rentabilité à court terme et SEO. Mais hélas, le ROI sera selon moi toujours l’axe principal de la majorité des annonceurs.

    @Aurélien D : Je pense sincèrement que l’accumulation de ces changements de règles a bel et bien découragé certains annonceurs. Après c’est sûr que les mauvaises prestations ne jouent pas pour le secteur, mais c’est le cas dans de nombreux autres secteurs !

    @Julien B : La rentabilité est la clé comme dans tous les secteurs ;)

    @Alexandre : Le SEO a-t-il été de la magie un jour ? Je pense qu’il garde ce côté mystérieux pour de nombreux annonceurs. Ta vision du métier du SEO est intéressante, je suis pas sûr en tant qu’annonceur de la partager… Pour moi, la globalisation est le diable, les spécialistes restent pour moi les plus compétents. Après bien sûr qu’il faut penser à une stratégie globale, mais c’est du point de vue annonceur ça, pas de l’agence SEO selon moi ;)

    @David : Nous sommes d’accord, notamment les agences qui rajoutent une presta SEO dans une recommandation globale parce que « c’est pas sérieux si y’en a pas » sans avoir de réelle substance ni compétence derrière.

    @Nico : On est d’accord, c’est juste un axe marketing qui, hélas, parle aux clients touchés… On leur dit ce qu’ils ont envie d’entendre pour qu’ils crachent au bassinet. Sur la redistribution des cartes, je suis moins sûr… j’ai l’impression que toutes ces modifications de règles favorisent les gros célèbres au détriment des petits inconnus, qui peuvent pourtant avoir un contenu et une offre plus intéressante. Du coût le coût d’entrée est beaucoup plus élevé selon moi. La popularité comme critère de positionnement n’est hélas pas prêt de décliner.

    @Emmanuelle : I’m alive ! Et toi aussi à ce que je vois ^^ Là aussi on est d’accord, je ne pense pas que ça fasse tripper les SEO de faire ça… Mais c’est une accroche pour appâter du chaland !

    @Patrice : Là par contre, pas d’accord… On parle de référenceur, de référencement… ne mélangeons pas tout, faire de l’affiliation, du display ou de l’emailing ne fait pas selon moi partie du travail d’un référenceur. Le référenceur restera dépendant à Google tant que la part de marché de ce dernier sera si importante. C’est au webmarketeur de jongler entre les différentes sources de trafic !

    @Le Juge : Tu parles selon moi d’une vision annonceur un peu déformée car tu viens du SEO pur jus. T’as pas une vision oblective en fait ;-) Mais c’est clair que je ne connais aucun SEO qui prend son pied à sortir ses clients d’un pingouin !

    @Aurélien B : Tu viens de remporter le titre de plus grand trolleur de ce mois !

  13. Je pense sincèrement que le référenceur a le devoir d’informer son client sur les options disponible en leviers d’acquisition de trafic, le conseil faisant parti de la mission. On agit un peu parfois en tant que « médecin généraliste » qui envoie vers un « spécialiste ».

  14. @Florian : Précision : que j’écris « communication générale et complexe », c’est dans le cadre d’action ayant un impact SEO, bien évidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *